Marie Garnier

Conseillère communale, directrice du Centre Pro Natura de Champ-Pittet

Marie Garnier a été élue le 11 mars 2011 au Conseil communal de Villars-sur-Glâne. Le 4 décembre 2012, elle est élue au Conseil d’Etat du canton de Fribourg. Elle quitte dès lors le Conseil communal. A partir de cette date, les Verts sont représentés par Bruno Marmier au sein du Conseil communal.


48 ans, 2 enfants adultes

Marie Garnier a obtenu sa maturité au Collège St-Michel. Après un apprentissage agricole, elle obtient un diplôme d’ingénieure agronome à l’EPFZ, avec une spécialisation en économie rurale.

De 1989 à 1996, elle travaille pour un bureau privé spécialisé en environnement ainsi que pour le Département de l’agriculture du canton de Fribourg. Elle s’est beaucoup engagée pour une agriculture respectant la nature.

Membre de l’association de quartier du Schoenberg à Fribourg, elle participe à la mise sur pied de l’accueil extra-scolaire de Midi Accueil Schoenberg à Fribourg en 1994, un des premiers accueils de l’agglomération. Elle trouve aussi des locaux pour l’école maternelle de la Chenille.

En 1997, elle prend la direction du Centre Pro Natura de Champ-Pittet. Ce Centre est un musée en pleine nature, qui sensibilise le public et les classes d’école à une protection de l’environnement efficace mais raisonnable.
www.pronatura.ch/champ-pittet.

Constituante

De 2000 à 2004, elle a été élue députée à la Constituante du Canton de Fribourg sur la liste citoyenne, une liste qui regroupait les Verts et des représentants d’associations citoyennes. Elle a assumé la présidence de la commission "Société civile, communautés religieuses et Etat". Dans ce cadre, elle s’est engagée pour plus de transparence, pour un traitement équitable des communautés religieuses qui respectent les droits de l’homme, ainsi que pour une délégation possible de tâches de l’Etat aux associations.

Depuis 2004, elle est chargée de cours pour l’environnement à la haute école d’ingénieurs et de gestion à Yverdon.

Conseillère communale

Conseillère communale depuis 2006, responsable du dicastère « Routes, transports et environnement », elle a déjà lancé de nombreux projets en faveur de l’environnement et d’une utilisation raisonnable du territoire.

Elle a été membre du bureau de la CUTAF (communauté urbaine pour les transports de l’agglomération fribourgeoise), et est maintenant déléguée à la commission de l’aménagement, de la mobilité et de l’environnement de l’agglomération fribourgeoise.

Elle est présidente de la corporation forestière de la Sonnaz et vice-présidente de la commission d’aménagement de Villars-sur-Glâne.

Elle coordonne le groupe technique pour le développement de la zone de Bertigny-Ouest et la modification de la jonction autoroutière de Fribourg-Sud.

Son bilan

- un redimensionnement des investissements pour réduire la dette et trouver des solutions plus utiles à la population (par exemple un non clair à la place de Belle-Croix coûtant 62 millions. mais un oui à une solution globale et concertée pour les problèmes de circulation et de bruit de cette zone) ;
- le règlement des dépassements de crédit engagés durant la précédente législature pour Cormanon-Est et la route de Condoz ;
- l’échange routier avec le canton qui permettra aux bordiers de la route de Cormanon d’être protégés contre le bruit dès 2012. ;
- des économies d’énergie dans l’éclairage public ;
- la prolongation de la ligne 5 vers la gare de Villars (effective le 2 mai 2011) ;
- une grande piste cyclable et un cheminement piétons qui se construiront à partir du 9 mars 2011 dans le parc de Cormanon ;
- une lutte engagée contre les fausses promesses de Gottéron-Village ;
- la préservation de grands espaces verts dans le plan d’aménagement révisé et la plantation de haies par les enfants dans ces espaces ;
- la poursuite de la réalisation des zones 30 avec un assouplissement des restrictions de stationnement là où la législation et le plan directeur du stationnement le permettent ;
- l’engagement d’une déléguée à la sécurité et à l’environnement pour pouvoir régler à temps les problèmes menaçant la santé de la population et s’occuper notamment des problèmes de bruit et de mobilité douce ;
- la participation à la mise sur pied du sentier de l’eau ;
- la mise sur pied de conditions pour la création d’un écoquartier aux Crosets.

Projets en cours

- la demande à l’agglo pour la prolongation de la ligne 5 Nuithonie vers le Petit-Moncor ;
- la vignette de parcage dans les zones à déficit de places de parc ;
- les stations de vélos électriques ;
- la passerelle vers Villars-Vert ;
- des aménagements pour sécuriser la route de Sainte-Apolline pour les piétons ;
- l’assainissement des routes communales contre le bruit (en particulier le haut de la route de Villars) ;
- la modification de la jonction de Bertigny-Ouest avec accès direct à la zone industrielle de Moncor et à l’hôpital cantonal ;
- une étude pour une piscine à Villars-sur-Glâne ;
- une plus grande place de jeu à Villars-Vert ;
- l’aménagement du parc de Cormanon ;
- une réglementation favorisant les énergies renouvelables ;
- le choix de solutions économiques et durables pour la rénovation des bâtiments communaux (Nuithonie, école de Cormanon, centre sportif, nouvelle école,...).

Engagement

"Au cours de cette législature, je me suis beaucoup engagé dans mon dicastère, tout en défendant le plus possible d’autres causes comme par exemple un meilleur accueil pour les enfants. Maintenant je pense qu’il est indispensable que la représentation des Verts au Conseil communal soit augmentée pour élargir le champ d’actions, éviter l’isolationnisme et satisfaire dans la mesure du possible les demandes des habitants qui ont été laissées de côté durant cette législature."

"Villars-sur-Glâne a tout pour offrir une bonne qualité de vie à ses habitants, une situation magnifique et un potentiel fiscal extraordinaire. Si une période de redimensionnement a été nécessaire, elle ne l’est plus aujourd’hui. Pour imager mon propos, je dirais que la législature 2001-2006 allait trop vite et risquait de foncer dans le mur. Celle de 2006-2011 a tiré le frein à main et rétrogradé pour diminuer la dette qui était beaucoup trop importante. Maintenant il s’agit de retrouver la bonne vitesse pour se préparer au futur, pas trop rapide, mais trop lente non plus. Il faut dépasser les clivages et être déterminé à chercher des solutions adaptées et utiles à tous, pour une commune progressiste et heureuse !"

Articles de presse

Le ministre s’est arrêté à Champ-Pittet