Economies d’énergies et énergies renouvelables

des encouragements aux économies d’énergies et aux installations productrices d’énergies renouvelables dans les bâtiments publics et privés

Pour l’instant le réglement communal d’ubanisme de Villars-sur-Glâne en cours de révision prévoit que la commune encourage l’utilisation d’énergies renouvelables et les économies d’énergie. Cependant ce texte relève encore de la déclaration d’intention. Il sera important de le traduire dans la pratique en s’inspirant de règlements d’autres communes progressistes en la matière, pour proposer des encouragements aux investissements visant à consommer moins d’énergie fossile, par exemple des facilités administratives ou des aides financières pour les particuliers. Le réglement cantonal des constructions (Relatec) prévoit déjà des bonus d’indice brut d’utilisation du sol pour les bâtiments respectant les normes du certificat énergétique cantonal des bâtiments (CECB).

Par ailleurs, la commune a fait un gros effort de réduction des émissions de gaz carbonique (CO2) en raccordant certains bâtiments communaux comme le centre sportif du Platy et l’école de Villars-Vert au réseau de chauffage à distance du Groupe-e venant de l’usine d’incinération des déchets de la SAIDEF. De plus ce réseau est très utile aux industries de la zone industrielle de Moncor et à l’hôpital cantonal.

http://www.2000watts.org/index.php/energies-renouvelables/solaire/533-nucleare-contre-solaire-bataille-inedite-en-suisse.html

Eco-quartier au Croset

La commune devra être particulièrement attentive aux normes énergétiques dans les nouvelles constructions, en particulier dans les nouveaux projets immobiliers. Ainsi les autorités communales ont déjà passé une convention avec les propriétaires de la parcelle du Croset à l’Ouest du village pour s’assurer qu’une partie de la vente future des terrains revienne à la commune qui pourra ainsi financer toutes les infrastructures nécessaires à la création d’un écoquartier, passages pour la mobilité douce et les transports publics, installations de production d’énergie renouvelable, école, etc...

PDF - 6.2 Mo
Projet d’éco-quartier au Croset

Ci-contre la présentation faite par Marie Garnier, conseillère communale à la commission d’aménagement pour présenter les principes des éco-quartiers, notamment le quartier de Vauban à Fribourg en Brisgau. Les premiers slides rappellent la situation du Croset, qui sont reliés par la forêt à l’impasse du Croset et à Matran.

Eclairage public

Le principal responsable du désordre climatique qui s’annonce est l’augmentation de la teneur en dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère, qui résulte principalement de la combustion des énergies fossiles. La Suisse a ratifié, en 2003, le protocole de Kyoto et s’est engagée devant la communauté internationale à réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) de 8 % par rapport à 1990. 37 % des émissions mondiales de CO2 proviennent de la production d’électricité. La consommation de l’éclairage public, un million de lampadaires en Suisse, représente environ 1.5 % de la consommation totale du courant électrique en Suisse.

Selon des experts, le potentiel d’économie pourrait être de 50 %. Pour ce faire, les communes doivent mettre sur pied un plan d’assainissement en adaptant les mesures à leurs besoins techniques.

Réduire la pollution lumineuse permet aussi de réduire la perturbation du cycle du sommeil qui peut souffrir d’une alternance faussée du jour et de la nuit. Les sources artificielles diffusant de la lumière vers le ciel déroutent aussi les animaux volants, perturbant leur orientation et leur comportement nutritionnel et reproductif. Les insectes sont attirés par les sources de lumière au contact desquelles ils peuvent être carbonisés. Chaque lampadaire tue en moyenne 150 insectes par nuit d’été.
Pour la flore, il y a une augmentation de la période de croissance. Ainsi les plantes bourgeonnent plus tôt et sont plus exposées au gel. Les phases de leur croissance sont aussi déréglées.

Par ailleurs, l’éclairage nocturne augmente aussi la visibilité et favorise les excès de vitesse.

Les Services techniques ont analysé l’éclairage public de la Commune de Villars-sur-Glâne, afin de trouver des mesures destinées à assainir le réseau, tout en garantissant, voire améliorant la sécurité. La commune possède 1283 points lumineux dont 615 sont éclairés par des lampes à vapeur de mercure (HQ). La facture annuelle d’électricité de l’éclairage public est d’environ CHF 130’000.—.

La valeur fixée par le label Cité de l’Energie pour un éclairage public efficient dans une ville de 10’000 habitants, est d’environ 12 kWh/m a. (kilowatt par heure par mètre de route par an). La valeur cible est cependant seulement de 5 kWh/m a. Pour Villars-sur-Glâne, qui compte 11’000 habitants, la valeur mesurée en 2009 était d’environ 20 kWh/m a, ce qui montre que le potentiel d’économie à exploiter est d’environ 50 %. Des solutions chiffrées ont été proposées.

En 2009, une installation permettant le déclenchement de l’éclairage public de 24h00 à 05h00 a été posée à la route de Condoz. Elle sera remboursée en trois ans grâce aux économies d’énergie qu’elle génère. Les luminaires de 250 W au mercure de la route de Matran et de la route de Villars-Vert ont été remplacés par des luminaires de 100 W au sodium. Dans les deux cas, le temps de remboursement de cet investissement sera d’environ 11 ans.

En 2010, l’éclairage du mât central du giratoire de Belle-Croix qui consommait 5600 W a été remplacé par un éclairage au sodium consommant moins de la moitié d’énergie électrique.

En 2011, l’éclairage de la route du Soleil et de la route des Martinets va être amélioré, de même que celui de plusieurs passages piétons qui sont insuffisamment éclairés selon la norme européenne en vigueur (SN EN 13201).

D’autres mesures sont prévues pour assainir réellement l’éclairage public de Villars-sur-Glâne.

Par ailleurs, chaque propriétaire peut déjà prendre des mesures sur sa parcelle afin de réduire les problèmes soulevés plus haut. S’il désire s’engager avec ses voisins pour réduire l’éclairage public dans sa rue, il peut s’adresser aux Services techniques (M. Jean-Claude Schneuwly) qui se tiennent à disposition avec Mme Marie Garnier, Conseillère communale, pour une réunion d’information.