De grands espaces verts et davantage de places de détente

de grands espaces verts pour chaque quartier et davantage de places de détente dans les parcs, les forêts et le long des rivières

Pour les Verts, il est important de maintenir et de valoriser les nombreux espaces verts de notre commune. Il convient de signaler que si les Verts sont favorables au développement de la zone de Bertigny-Ouest, ils souhaitent que la crête de Bertigny reste un espace de détente pour les habitants des quartiers avoisinants. Marie Garnier, vice-présidente de la commission d’aménagement s’est engagée dans ce sens lors de la révision actuelle du plan d’aménagement.

La commune a défendu le maintien du parc du Platy face aux mandataires de l’agglomération qui voulaient y construire des habitations. Elle a organisé, avec la participation de l’école des Rochettes, la plantation d’un corridor boisé qui reliera le centre sportif à la forêt de Belle-Croix et qui servira d’abri pour la faune.

Crête de Bertigny

JPEG - 57.4 ko
Crète de Bertigny-Ouest
Conserver un espace vert sur la crète.

Plusieurs membres de la commission d’aménagement se sont battus afin de garder tout l’espace entre Villars-Vert et l’Hôpital fribourgeois libre de constructions. Ainsi la promenade et les vues sur les Préalpes et le Jura resteront préservées. Pour que cet espace soit définitivement protégé, il faut cependant continuer à défendre cette option pendant les prochaines années jusqu’à l’adoption finale du plan d’aménagement révisé.

Parc urbain de Cormanon

PNG - 113.9 ko
Projet de parc urbain

Dans le parc de Cormanon, Marie Garnier a fait adopter un message qui prévoit l’aménagement d’une piste cyclable reliant Beaumont à Nuithonie, la construction d’un chemin de promenade pour les piétons et la plantation d’un grand verger qui agrémentera le parc. Les premiers travaux vont commencer bientôt et d’autres aménagements suivront. Les classes de Villars-Vert et de Cormanon participeront aux travaux de plantation.

Les Verts proposent aussi de réaliser une liaison entre le chemin de Bel-Air et Cormanon pour les promeneurs et tous les gens qui souhaiteraient joindre la région de l’hôpital fribourgeois à pied. Ils souhaitent aussi créer en même temps une place de rencontre au sommet du mamelon ainsi qu’u chemin le long de la crête.

Sentier de l’eau

C’est également durant cette législature qu’ont été inaugurés les sentiers de l’eau. Dans ce cadre, la rénovation du pont de Sainte-Apolline a été organisée en collaboration avec la commune d’Hauterive et selon les normes du service des monuments historiques.

Sentiers de l’eau Wasserwege Fribourg Freiburg Pérolles

Le « capital nature » de Villars-sur-Glâne

JPEG - 142.9 ko
Pont de Sainte-Appoline

Villars-sur-Glâne a un important capital nature qu’il faut valoriser. Avec la Glâne et la Sarine, la commune dispose de milieux naturels très intéressants dont la beauté est appréciée par les promeneurs. Certes, quelques obstacles empêchent la migration des poissons dans la Glâne. Il faudra y remédier dès que le problème de la pollution de la Sarine dûe à la décharge de la Pila sera réglé. Mais pour l’instant, il ne serait pas judicieux d’entreprendre des travaux, car il faut éviter que des poissons contaminés remontent trop en amont de la Glâne.

Les forêts de Moncor, de Belle-Croix et du Platy sont très fréquentées pour le délassement. Elles sont gérées de manière à préserver l’esthétique des arbres et la sécurité des promeneurs. Les employés de la Corporation ont été rendus attentifs à la nécessité de préserver les sols, le cadre naturel et l’état des chemins.

On peut de temps à autre observer un chevreuil dans nos forêts. Ceci est dû au fait que nos milieux naturels sont encore interconnectés. Un chevreuil peut, en effet, malgré des difficultés dignes du parcours du combattant, suivre les berges de la Sarine, remonter la Glâne, puis un petit ruisseau, passer ensuite sous l’autoroute vers le Bugnon, faire halte dans le bois de Moncor pour se diriger ensuite vers Corminboeuf. Un parcours le long des berges boisées qu’il conviendra non seulement de préserver à l’avenir, mais aussi d’élargir et de faciliter pour que nos enfants puissent avoir la surprise de découvrir un animal sauvage au détour d’un chemin.

Mais d’autres milieux naturels méritent aussi une valorisation, notamment les prairies qui se trouvent dans nos parcs. C’est pourquoi, nous avons analysé, d’entente avec les jardiniers et les employés de la voirie de Villars-sur-Glâne, les espaces verts qu’ils entretiennent avec soin. Nous avons repéré ceux qui pourront faire l’objet d’un entretien extensif, c’est-à-dire moins fréquent, pour que les fleurs des prés puissent s’y développer. Bien entendu, le but n’est pas de cesser de tondre les passages fréquentés, mais de tondre à un rythme moins soutenu les talus et les prairies qui ne servent pas pour le sport ou la promenade. Ainsi, en encourageant des économies de main d’oeuvre, d’énergie, de bruit et de substances polluantes, nous laisserons les fleurs des prés s’exprimer. Par exemple, la carotte sauvage, plante nourricière de la chenille du machaon, ce magnifique papillon jaune et noir. Ou la splendide sauge des prés ! En 2009, plusieurs talus au centre sportif et aux Dailles ont déjà été exploités de cette manière. On a pu y recenser des azurés, ces petits papillons bleus, témoins de la qualité d’un milieu naturel.

De quoi être fiers des employés communaux qui favorisent la faune locale et feront de Villars-sur-Glâne une commune qui s’engage pour la biodiversité.